Lire les avis

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des avis émis et les réponses apportées par RFF au cours de la concertation.
Pour faciliter votre recherche, les éléments ont été classés en différentes thématiques (le projet, la concertation, l'intégration urbaine). N’hésitez pas à utiliser le filtre ci-dessous.

  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mercredi,25 Juin 2014 - 09:28
    Dominique Clavequin
    Ci-joint photos de l'emplacement prévu pour le garage de rames. C'est là qu'il y aura la future tranchée. Pouvez-vous fournir pour la concertation des illustrations de l'intérieur du garage de rames (une solution non couverte étant proposée à la concertation) ?
    La perte en qualité de vie est sévère. Nous sommes attachés à cet endroit. Merci d'en tenir compte.

    RĂ©ponse :

    L'examen d'une couverture ou d'autres protections doit se faire dans le cadre de l'atelier du 12 novembre pour les solutions en tranchée. En cas de poursuite d'une des ces solutions un travail d'intégration payagère avec des photomontages ou vue 3D sera effectué.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mercredi,25 Juin 2014 - 08:58
    Dominique Clavequin
    Pouvez vous fournir pour la concertation une illustration de l'impact visuel du projet à son extrémité coté golf (photos actuelles du point de vue jointes) ?
    Merci

    RĂ©ponse :

    L'examen d'une couverture ou d'autres protections doit se faire dans le cadre de l'atelier du 12 novembre pour les solutions en tranchée. En cas de poursuite d'une des ces solutions un travail d'intégration payagère avec des photomontages ou vue 3D sera effectué.
  • Concernant le projet Mardi,24 Juin 2014 - 18:22
    Dominique Clavequin
    Le seul accès au garage de rames est la rue vieille saint martin. Nous sommes très inquiets pour les enfants qui se rendent à pied à leurs écoles : groupe scolaire des Croizettes et Collège Saint Appoline (voir plan joint)
  • Concernant le projet Mardi,24 Juin 2014 - 14:57
    Regis GENET
    Ce projet s'il se réalise va entraîner de facto une baisse importante de la valeur foncière des propriétés situées non seulement à proximité, mais aussi par contagion de celles un peu plus éloignées: jusqu'à 500m voire 1km du projet.
    En conséquence les propriétaires concernés seront en doit de demander et d'obtenir une baisse de la valeur locative cadastrale de leurs propriétés. Cette valeur locative est la base de l'ensemble des taxes communales, à savoir taxe d'habitation, taxes foncières et taxe d'enlèvement des ordures ménagères.
    Basé sur une estimation de 400 à 500 propriétaires concernés et obtenant une révision de leur valeurs locatives de -25%, ceci représenterait environ 200 à 250 000 euros, soit à peu près 10% des recettes fiscales de la commune de Courdimanche.
    Que prévoyez-vous pour indemniser la commune de ce préjudice?
    A défaut ce sera à l'ensemble des courdimanchois de supporter cette perte via une augmentation des impôts locaux de 10%: ceux-ci seront certainement très satisfaits d'avoir des garages RER sur la commune, qui non seulement n'amélioreront pas ou très peu les transports RER quotidiens et de payer pour cela 10% d'impôts supplémentaires.

    RĂ©ponse :

    Aujourd'hui, les impacts ne sont pas stabilisés puisque l'enjeu de la concertation est de les éviter ou de les réduire. Par ailleurs, des taxes locales pourraient également être liées au projet. Il est donc trop tôt pour pouvoir répondre à cette question.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mardi,24 Juin 2014 - 10:38
    Dominique Clavequin
    Le garage de rames est prévu en lieu et place d'un espace vert. A l'heure actuelle une bordure végétalisée constituée de haies vives et d'arbres sépare les habitations du site.
    Le schéma directeur du RER A prévoit dans ses solutions non couvertes l'implantation d'un mur anti-bruit entre les habitations et le garage.
    Pouvez-vous fournir une illustration des différentes solutions proposées à la concertation ?
    Quelle serait la hauteur des murs ?
    Une végétalisation est-elle possible ?
    Ci-joint : exemple de bordure actuelle entre l'espace vert et les jardins.

    RĂ©ponse :

    L'examen d'une couverture ou d'autres protections doit se faire dans le cadre de l'atelier du 12 novembre pour les solutions en tranchée. En cas de poursuite d'une des ces solutions un travail d'intégration payagère avec des photomontages ou vue 3D sera effectué.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mardi,24 Juin 2014 - 09:42
    Dominique Clavequin
    Afin d'éclairer la concertation et permettre aux riverains de visualiser les solutions proposées et leur impact sur leur qualité de vie, pouvez vous fournir des illustrations du projet et notamment depuis ce point de vue (jonction entre la rue vieille saint martin et l'allée du chevreuil) où il est prévu d'installer la rampe d'accès au garage de rames.

    RĂ©ponse :

    Un plan de la solution initiale a été proposée dès le début de la concertation avec la rampe d'accès.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mardi,24 Juin 2014 - 09:19
    Dominique Clavequin
    La machine Ă  laver constitue un enjeu majeur pour les riverains en terme de nuisances sonores et de pollution visuelle.
    Quelle intégration RFF propose-t-il afin d'en réduire l'impact visuel et phonique ?
    - Une couverture est-elle possible ?
    - une solution végétalisée ?
    Merci de bien vouloir fournir à la concertation des illustrations des différentes solutions d'intégration paysagère proposées, et une vue du site avant et après.
    (ci-joint photo de l'emplacement dans son état actuel : espace vert arboré dédié à la promenade)
    Comment sera-t-il possible en l'absence de la couverture totale et végétalisée du site de "maintenir le plus possible la même qualité de vie pour les habitants" ?

    RĂ©ponse :

    L'examen d'une couverture ou d'autres protections doit se faire dans le cadre de l'atelier du 12 novembre pour les solutions en tranchée. En cas de poursuite d'une des ces solutions un travail d'intégration payagère sera effectué.
  • Concernant le projet Mardi,24 Juin 2014 - 07:30
    FABRICE LEVASSEUR
    Bonjour,

    Aujourd'hui, il apparaît un projet de garage pour le RER A dont les infrastructures sont prévues pour être implantées sur la commune de Courdimanche dans une zone jouxtant la commune de Cergy, non loin de la gare CERGY LE HAUT.
    Si je peux comprendre la nécessité de ces infrastructure, je me pose la question de avoir quelles sont les raisons de l'abandon du projet présenté il y a quelques années, le projet de boucle (retour vers Achères) cette solution qui a été longtemps un argument pour le développement de Cergy et des communes avoisinantes a été semble-t-il abandonné depuis quelque temps. Aujourd'hui ce nouveau projet veut démontrer que les dysfonctionnement connus sur la ligne seraient au moins partiellement résolus, bien que la démonstration n'ait pas emporté la conviction de nombre de personnes. Si le projet de boucle avait vu le jour la problématique serait aujourd'hui inexistante et l'emprise en zone habitée pour les infrastructure du garage, de l'atelier de maintenance, et de station de lavage serait potentiellement moindre. Quelles sont les raisons de l'abandon du projet initial? Pourquoi ne pas faire un comparatif entre le projet actuel et le projet passé ?
    Quelles ont été les solutions alternatives recherchées pour ce projet de garage RER A ?

    Cordialement
    Fabrice LEVASSEUR

    RĂ©ponse :

    La création de nouvelles gares au delà de Cergy le Haut ne générait pas la fréquentation nécessaire pour justifier le prolongement du RER A.
    Le terminus est l’emplacement qui permet d’empêcher l'insertion de rames vides sur une ligne occupée par des trains pleins. Ces mouvements de rames vides pour rejoindre le terminus sont inutiles pour les voyageurs et sont facteurs de retards et suppressions de train. C’est pourquoi l’étude d’autres sites n’a pas été envisagée. D'autres pistes ont néanmoins émergé lors de la concertation et seront étudiées lors des ateliers techniques. Ces échanges éclaireront le choix de l'une d'entre elles suite à la concertation.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Mardi,24 Juin 2014 - 00:28
    Thami EL MESLOUHI
    Bonjour,

    Il me semble que la tranchée empiète sur les maisons en bordure.
    Pour mieux comprendre l'intégration de la tranchée, pourriez vous faire un schéma vue d'en haut et coupe avec un zoom sur l'espace entre les maisons et la tranchée?
  • Concernant le projet Lundi,23 Juin 2014 - 18:48
    Henri Fousse
    La dépréciation des habitations des riverains entrainée par la proximité des futures infrastructures du RER est-elle prise en compte dans le bilan socio-économique de l'opération ? A quelles instances les riverains devront-ils s'adresser pour obtenir réparation du préjudice ?

    RĂ©ponse :

    L'impact environnemental du projet est pris en compte dans le bilan socio-économique en valorisant la différence de décibel entre la situation actuelle et la situation avec le projet (y compris après éventuelles protections acoustiques). Cet impact est également pris en compte en intégrant au coût du projet le coût des protections environnementales. Ces données du bilan ne peuvent donc être prises en compte qu'une fois des mesures de protections définies, soit au plus tôt à l'issue de la concertation.
    Si, après la mise en service du projet, les riverains constatent une baisse de la valeur de leur bien immobilier pouvant être liée au projet, ils peuvent se tourner vers le tribunal administratif pour demander une procédure d'indemnisation.
  • Concernant le projet Lundi,23 Juin 2014 - 18:24
    Dominique Clavequin
    D'après les documents fournis par RFF pendant la première réunion de concertation, la solution envisagée est estimée entre 110 (variante 1) et 125 (variante 2) millions d'euros. Elle comprend :
    9 positions de garage créées + une machine à laver (variante 1)
    9 positions de garage créées + une machine à laver + un atelier de maintenance (variante 2)

    Il nous a été dit que la couverture du site représenterait un coût trop important, et que cette possibilité d'intégration paysagère était impossible pour cette raison.

    Pourtant, le schéma directeur ouvre la possibilité d'une solution couverte (solution 2 - voir tableau joint, extrait de la page 80 du schéma directeur). Cette solution, sans machine à laver et sans atelier de maintenance, représenterait un coût de 111 millions d'euros.

    Sachant que le schéma directeur ne jugeait l'installation d'une machine à laver et d'un atelier de maintenance nécessaire que dans le cas de 20 positions de garages créées (solutions 3 et 4 uniquement), en tant que riverain je suis extrêmement choquée que la solution de couvrir le site « afin d'en minimiser l'impact sonore et paysager », (schéma directeur page 79) qu'on pouvait pourtant adopter avec le financement disponible ait été d'ores et déjà abandonnée par RFF de son propre chef au profit :
    d'une machine à laver, qui représente une pollution sonore énorme et sera qui plus est installée d'après les plans fournis par RFF, au cœur du lotissement, là où le site est le plus étroit, au plus près des pavillons,
    d'un atelier de maintenance (variante 2), qui représente une pollution sonore et visuelle non moins importantes, et qui mordrait qui plus est sur le terrain du golf.
    Et cela pour seulement 9 positions de garages créées.

    Je suis d'autant plus scandalisée que ces deux installations ont un impact nul sur l'amélioration de la ligne pour les usagers. Elles n'apportent pas de plus de service supplémentaire étant donné qu'elles sont déjà assurées actuellement.
  • Concernant le projet Lundi,23 Juin 2014 - 14:57
    Dominique Clavequin
    Le projet de création d'un garage de rames proposé à la concertation se situe sur un terrain faisant partie intégrante d'un espace vert situé en plein cœur de ville. (voir photo satellite jointe au présent avis).

    La ville de Courdimanche a obtenu en 2012 une subvention importante de la région Ile de France dans le cadre de la stratégie régionale pour la biodiversité (chapitre environnement – programme patrimoine naturel – protection des milieux naturels et des paysages) pour son action de protection des milieux naturels et de la biodiversité au titre d'un projet intitulé « Au fil des grands jardins » (voir positionnement de ce projet sur la photo satellite jointe au présent avis).

    Afin de participer à la préservation des abeilles et de la biodiversité, la ville de Courdimanche s'est également engagée dans le programme "Abeille, sentinelle de l'environnement", aux côtés de l'Union nationale de l'apiculture française.

    Plusieurs ruchers ont été installés dans le secteur des grands jardins. Le terrain où se situe le projet de garage de rames est un lieu de vie important pour la population d'abeilles du fait de sa prairie sauvage. Par ailleurs il présente un secteur arboré abritant de nombreuses espèces d'oiseaux. A ce titre il représente un espace important pour la ville dans son action pour la biodiversité.

    La commune n'utilise plus de pesticides dans les espaces verts publics depuis avril 2008 et invite désormais les habitants à ne plus utiliser des pesticides dans les jardins. C'est toute la ville qui est engagée dans une démarche de protection de cette espèce menacée.

    L'installation d'une infrastructure ferroviaire polluante en lieu et place d'un espace vert qui contribue au succès d'opérations subventionnées pour la défense de la biodiversité est d'autant plus regrettable que le bénéfice à retirer de cette installation n'est pas suffisamment établi pour les usagers de la ligne A du RER en terme d'amélioration du trafic.

    En tant que citoyen soucieux de la cohérence des dépenses publiques, nous demandons donc que le projet de création d'un garage de rames sur la commune de Courdimanche soit abandonné.
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Lundi,23 Juin 2014 - 11:47
    Dominique Clavequin
    La Communauté Européenne exige de renforcer la lutte contre le bruit perçu par les populations.  Dans ce cadre, la directive européenne 2002/49/CE du 25 juin 2002, transcrite en droit français par le décret 2006-361 du 24 mars 2006 et l’arrêté ministériel du 4 avril 2006, impose aux grandes agglomérations, dont Cergy-Pontoise, la réalisation de cartes de bruit et l’élaboration d’un Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE).
    La politique de la Communauté Européenne dans le domaine de l’environnement vise un niveau de protection élevé, elle est fondée sur le principe de précaution et d’action préventive.

    La méthode pour prendre en compte le bruit dans l’aménagement et l’urbanisme est fondée sur une caractérisation des différents types d’espaces urbains en fonction de leur niveau de production de bruit d’une part et de leur sensibilité au bruit d’autre part.

    Pour une approche simplifiée il a été retenu deux catégories :

    • forte production de bruit :
    figure dans la liste : les infrastructures ferroviaires

    • grande sensibilité au bruit :
    figure dans la liste : quartiers résidentiels urbains, habitat pavillonnaire, zones de calme

    La prévention en matière de lutte contre le bruit consiste à éviter la création de zones de conflits qui correspondent à la contiguïté de deux catégories antagonistes. En particulier, interdire le long des infrastructures, les bâtiments sensibles au bruit et à usage d'habitation.

    (source : guide pour l'élaboration des plans de prévention du bruit dans l'environnement à l'usage des collectivités)

    Le garage de rames à Courdimanche qui est proposé à la concertation est une installation générant une forte production de bruit :
    - pendant les travaux :
    creusement des sols
    enfoncement de fondations profondes pour les murs de soutènement de la tranchée
    évacuation des matériaux exédentaires (volume extrêmement important) par camions

    - pendant l'exploitation :
    bruit des matériels roulants pendant de longues durées, de jour et de nuit, pendant leur stationnement à l'arrêt en position de garage (climatisations et moteurs)
    bruit de la station de lavage des rames
    bruit de l'atelier de maintenance
    bruit des véhicules circulant sur le site

    La zone où il est prévu d'implanter le garage de rames est une zone de bruit faible (voir extrait de la carte de bruit de Cergy Pontoise joint au présent avis).

    L'installation d'une infrastructure bruyante dans cette zone va donc créer une zone de conflit en totale contradiction avec les directives européennes relatives à la prévention du bruit.

    Les justifications de cette installation en terme d'intérêt général ne sont pas établies. En effet, le bénéfice attendu par les usagers de la ligne RER A sont proches de zéro : très légère diminution des retards, pas de trains supplémentaires, pas d'amélioration du trafic au cours de la journée. En terme de propreté et de maintenance des trains, pas d'amélioration significative, les activités de nettoyage et de réparation des rames étant déjà assurées sur un autre site à l'heure actuelle.

    En tant qu'usagers de la ligne, habitants de Courdimanche et d'une manière plus large, citoyens français, dans le cadre de la bonne gestion des finances publiques et de la lutte contre le bruit, nous demandons donc l'abandon du projet.

    Pouvez-vous nous indiquer quels sont les recours possibles auprès des instances tant nationales qu'européennes dans le cas où le projet proposé à la concertation était adopté par les décideurs ?
  • Concernant l'intĂ©gration urbaine Dimanche,22 Juin 2014 - 21:48
    ML Doffin
    Lors de la concertation du 18 juin, vous nous avez présentés aucun élèments nous montrant votre considération pour les riverains, ni aucune mesures pour préserver un minimum de qualité de vie, de préservation de l'environnement... Quand comptez-vous aborder ces points ? Il paraît inadmissible et scandaleux de ne pas tenir compte de l'environnement dans lequel vous souhaitez intégrer votre projet et cela dès le début du projet car c'est un espace vert non constructible qualifié d'espace à protéger dans le Plu et le Scot.

    RĂ©ponse :

    Des premiers éléments de réponse ont été apportés lors de l'atelier du 3 juillet. Cependant, les solutions envisagées seront discutées et débattues de manière plus approfondie lors de l'atelier sur l'intégration environnementale du projet, prévu en novembre.
  • Concernant le projet Dimanche,22 Juin 2014 - 18:34
    Dominique Clavequin
    Le projet se situe dans une zone d'aléas pour le phénomène de retrait-gonflement d'argile.

    - quelles précautions particulières compte prendre RFF pour le creusement d'une tranchée à 20 mètres des habitations dans un terrain présentant cette nature de sol ?
    - quels sont les risques pour les habitations ?
    - Les risques liés aux aléas pour le phénomène de retrait-gonflement d'argile donneront-t-ils lieu à un chiffrage et seront-ils pris en compte dans le bilan socio-économique du projet ?
    - Le risque d'un allongement des délais induit par des phénomènes de mouvements des sols ou de remontées humides telles qu'elles ont été constatées sur des chantiers proches du site sera-t-il pris en compte et l'existence de ce risque sera-t-il porté à la connaissance des décideurs et financeurs du projet ?
    - Dans l'hypothèse où des incidents et retards seraient dûs à un déficit de précautions au regard des risques connus de retrait-gonflement d'argile, les coûts supplémentaires induits seront-ils à la charge de RFF ou des collectivités publiques qui financeront le projet ?

    RĂ©ponse :

    Une première prise de connaissance bibliographique de la composition des sols a été effectuée à partir des sondages déjà réalisés dans la tranchée existante (en arrière-gare de Cergy-le-Haut) dans le cadre d’autres travaux. Sur la base des cette connaissance des sols une méthode de contruction a été selectionnée afin de limiter au maximum les risques de mouvements de sols.
    Elle consiste, pendant la phase de travaux, à creuser des parois dans le sol qui sont progressivement remplis de bentonite, un melange dont la pression maintien les parois. Ensuite, du beton est coulé et vient remplcaer la bentonite. Seulement après, la tranchée est creusée entre les parois. Ainsi le sol à proximité des habitations est constament soutenu de manière à limiter tout risque de fissures.
    Des études géotechniques spécifiques, dédiées au projet de création de positions de garages, seront réalisées dans la prochaine phase d’étude du projet (AVP), afin d’analyser encore plus finement les impacts du projet et les phénomènes de mouvement des sols et le cas échéant d'adapter les methodes de contruction.
    Concernant les coûts, une provision pour aléas est d'ors et déjà intégrée dans le coût du projet. Elle a vocation à diminuer à mesure que les études et la conception du projet progresse. En cas où cette précaution est insuffisante et que le budget est dépassé, une négociation a lieu entre les différents cofinanceurs pour examiner au cas par cas comment et qui refinance le projet.